Flood

Informations

Jeu : Flood
Support : Atari ST
Année : 1990
Créateur : Bullfrog
Éditeur: Electronic Arts

Présentation

Flood

NOTE : Sur la page d’accueil on vous demande un mot de passe. Appuyez directement sur action. Ensuite vient une page de sélection de pays, vous ne pouvez choisir que le premier, appuyez sur action. Vous devez alors répondre à une question dont la réponse est affichée juste à côté, recopiez-là (c’est souvent « derek md »), appuyez sur entrée et voilà.

Après le succès retentissant de Populous, tout le monde attendait le nouveau logiciel de l’équipe Bullfrog. Et même si Flood tranche radicalement sur ce dernier, il faut avouer que nous ne sommes pas déçus! Cette fois-ci il s’agit d’un jeu de tableaux dans lequel le joueur doit mener Quiffy, le nom du personnage, à travers 42 (eh oui!) niveaux se décomposant de la façon suivante : 36 niveaux dits « normaux » et 6 légèrement plus durs.

Jusqu’alors, Quiffy et ses pairs vivaient paisiblement dans des cavernes souterraines, s’alimentant des déchets laissés par une ancienne civilisation. Malheureusement, ce territoire fut envahi par de viles créatures, lointains cousins de Quiffy qui leur déclarèrent la guerre. De cette lutte sans merci, Quiffy est maintenant le seul survivant. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que les éléments se liguent contre Quiffy, déversant d’énormes quantités d’eau dans ces cavernes. Cette dernière mésaventure obligera Quiffy à quitter son territoire et à remonter vers la surface.

Bien sûr, comme tous les jeux de tableaux, Flood comporte de nombreux pièges avec des niveaux de plus en plus difficiles. N’allez pas croire pour autant qu’il s’agisse d’un logiciel classique. En effet, dès la première partie, on ressent la griffe Bullfrog. Flood est d’une richesse incroyable, bourré d’idées et surtout d’une jouabilité exemplaire.

Au début de chaque niveau, vous commencez sans la moindre défense, il s’agit en premier lieu de trouver une arme, celle-ci étant pratiquement différenter à chaque fois (dans les quatre premiers niveaux en tout cas). Par exemple, lors du premier niveau, Quiffy ramassera des grenades, dans le deuxième des bâtons de dynamite, dans le troisième un boomerang, un lance-flammes dans le quatrième… Attention, toutes ces armes ne s’utilisent pas de la même façon. En effet, si le lancer de boomerang ne comporte aucun risque pour Quiffy, il en est autrement pour les grenades ou la dynamite. Ces dernières explosant sur une superficie assez étendue, il s’agit d’éviter l’onde de choc.

Dans sa remontée à l’air libre, n’oubliez pas que Quiffy a besoin de se nourrir et avant d’accéder au niveau suivant par l’intermédiaire d’un téléporteur, il vous faudra ramasser toutes les poubelles présentes à l’écran. D’ailleurs un compteur vous indique le nombre de poubelles restantes à collecter. Autre difficulté, certaines parties du niveau ne sont pas accessibles directement. Encore une fois, des téléporteurs sont présents et vous permettent d’atteindre ces zones. Mais ce n’est pas tout, le jeu recèle de nombreuses autres surprises.

Par exemple, au cinquième niveau vous devez impérativement vous munir de ballons gonflables et déclencher par la même occasion une batterie de missiles, mais il s’agit d’un mal nécessaire. Une fois votre compteur à zéro, n’hésitez pas à vous jeter dans le vide afin de trouver la sortie, invisible sans ce stratagème. Les ballons vous permettent de flotter dans les airs. Sachez que dans chaque tableau, vous avez la possibilité d’obtenir un mot de passe. Pour cela il suffit de ramasser les points d’interrogation! Et si vous ne les trouvez pas, essayez de basculer certains leviers, peut-être apparaîtront-ils?

En ce qui concerne les ennemis, ils ont tous des caractéristiques particulières, nécessitant un long apprentissage (ou une prudence démesurée) pour connaître leurs points faibles et les utiliser contre eux. Mais le plus coriace est sans aucun doute la fantôme, apparaissant après quelques secondes de jeu et refaisant en tout point votre parcous. Comme il va plus vite, il a tôt fait de vous rattraper.

Enfin, dernière épreuve : l’eau. en effet, excepté dans certains niveaux, l’eau se mettra à monter graduellement, obligeant Quiffy à faire vite, très vite (en cas de période prolongée en apnée, il verra sa vie décroître rapidement). Pour échapper à toutes ces embûches, les auteurs ont doté Quiffy d’une particularité assez intéressante: il a la possibilité de se déplacer sur n’importe quel côté du décor (au plafond ou sur les murs par exemple) sauf si celui-ci est composé d’eau ou de feu. cette option ouvre de larges horizons à Quiffy, à vous d’en tirer parti!

Sur le plan de la réalisation, Flood est superbe! de sompteux graphismes (même si les sprites sont petits), une bonne animation et d’excellents effets sonores viennent supporter le jeu. Un logiciel passionant à posséder absolument!

Codes

FROG, YEAR, QUIF, LONG, WORD, FRED, WINE, GRIP, TRAP, THUD, FRAK, VINE, JUMP, NILL, FOUR, GRIT, ZING, JING, LIDO, POOL, HATE, REED, LIME, QUID, WING, FLEE, GIGA, HEAD, LOOP, SING, JOUX, PINK, GOGO, LETS, QUAD, BRIL, EGGS, HENS, NAIL, SOAP, FOAM, MEEK

Les captures d’écran

Flood : Impression d'écran 1
Flood : Impression d'écran 2
Flood : Impression d'écran 3
Flood : Impression d'écran 4
Flood : Impression d'écran 5
Flood : Impression d'écran 6
Flood : Impression d'écran 7
Flood : Impression d'écran 8
Flood : Impression d'écran 9
Flood : Impression d'écran 10
Flood : Impression d'écran 11
Flood : Impression d'écran 12
Flood : Impression d'écran 13
Flood : Impression d'écran 14
Flood : Impression d'écran 15
Flood : Impression d'écran 16
Flood : Impression d'écran 17
Flood : Impression d'écran 18
Flood : Impression d'écran 19
Flood : Impression d'écran 20
Flood : Impression d'écran 21
Flood : Impression d'écran 22

Les vidéos


Tout le jeu

Fichier Rom du jeu

Rom du jeu Flood